Le retour au campus : bâtiments intelligents au service de la nouvelle normalité

Carlos Alvarez

Responsable de l'offre Smart Spaces

Dans cet article :

Cette année, la rentrée des classes sera différente - un début incertain et une adaptation obligatoire à une nouvelle réalité. Dans ce contexte, les gestionnaires de campus et leurs équipes de maintenance sont confrontés à un défi de taille et, si la technologie peut les aider à trouver certaines solutions, elle ne leur évitera pas le casse-tête que représente la recherche des meilleures décisions à prendre, en tenant compte à la fois de la situation initiale( utilisateurs, services et installationsactuels ), ainsi que des nouvelles exigences en matière de santé publique, des réglementations légales et des contraintes économiques.

Le campus intelligent

Néanmoins, la création d'un campus plus intelligent (un "campus intelligent") nous donnera très certainement les moyens d'affronter cette "nouvelle normalité" que nous recherchons :

  • De nouveaux services qui permettront le retour des activités dans le nouveau contexte.
  • L'optimisation de la circulation des personnes pour faciliter la mobilité à l'intérieur du campus, tout en assurant le respect des règles de distance sociale.
  • La création d'espaces sûrs et confortables
  • Faciliter l'accès des personnes à l'information utile

Pour atteindre les objectifs précédents, voici quelques-uns des cas d'utilisation "intelligents" que nous pourrions déployer sur le campus :

1. Capacité maximale et distanciation sociale

Dans cette "nouvelle normalité", il est particulièrement important de pouvoir compter le nombre de personnes présentes dans une zone donnée ou de pouvoir mesurer la distance sociale qui les sépare. Nous parlons ici de : 

  • Mesurer le nombre de personnes ayant accédé aux différents bâtiments du campus.
  • Assurer le contrôle de la foule dans les zones communes.
  • Tenter de comprendre et de réguler le flux de personnes sur le campus afin d'anticiper les problèmes potentiels et de prévenir les situations de surpeuplement.
  • Permettre et contrôler la distanciation sociale, pour laquelle la réduction du flux devient essentielle. Mais aussi essayer, dans la mesure du possible, de rester capable d'accueillir un grand nombre de personnes à certains moments.

D'un point de vue technologique, le point de départ sera l'installation de capteurs ou de caméras pour compter les personnes. Et pour ce faire, trois tâches doivent d'abord être accomplies :

  • Analyse de l'espace - Pour identifier le meilleur emplacement pour ces capteurs/caméras afin de contrôler les entrées et sorties de chaque zone.
  • Conception du flux de travail - Description détaillée des actions à déclencher lorsque la capacité maximale a été atteinte ou lorsque des personnes ne respectant pas la distanciation sociale sont détectées. 
  • Contrôle de conformité : être conscient et respecter les limites fixées par le règlement général sur la protection des données ou les lois locales sur la protection de la vie privée.

Le plus souvent, les principaux obstacles au comptage des personnes ne sont pas liés à la technologie mais à la connaissance des processus et des contraintes réglementaires. Les campus sont fréquentés par des jeunes, avec des comportements sociaux et des modes de communication spécifiques. En outre, le respect de la vie privée est un point essentiel. Par conséquent, nous devons parvenir à une adéquation parfaite entre la technologie, qui nous permet de déployer de nombreux cas d'utilisation, les procédures à suivre et le cadre réglementaire qui fixe les limites de ce qui est autorisé ou non.

Compte tenu de ce qui précède, il est important de mettre en œuvre des solutions technologiques qui respectent la vie privée (données sans identification individuelle, obtention des autorisations nécessaires, protection des données sensibles que nous pourrions gérer/manipuler), tout en étant proportionnelles aux avantages obtenus.

Ce dernier point est essentiel. Obtenir le consentement des utilisateurs et protéger correctement leurs données est nécessaire - mais pas suffisant. L'Agence de protection des données pourrait finir par sanctionner le fait que l'impact réel de l'utilisation de ces données n'a pas été bien communiqué, ou que les utilisateurs (les étudiants, par exemple) étaient dans une situation de dépendance vis-à-vis de l'université, ce qui aurait pu conditionner leur consentement. Ou encore que la technologie utilisée est disproportionnée par rapport aux objectifs qu'elle poursuit. Il est donc essentiel d'envisager toutes les méthodes et tous les processus pour protéger autant que possible la vie privée des étudiants.

Nous pouvons donc conclure que la technologie offrira toujours des options, et que son utilisation doit être définie par les processus d'entreprise et par les règles juridiques et sociales qu'ils doivent suivre. 

Campus intelligent

2. Mesure des conditions environnementales

Le principe de ce deuxième point est d'obtenir un environnement confortable, efficace et sûr pour que toutes les activités académiques ou administratives puissent avoir lieu. D'une part, nous cherchons à améliorer la perception des utilisateurs et à protéger leur santé et, d'autre part, à contribuer à l'efficacité énergétique du campus.

La première étape consiste à comprendre ce qui se passe - la situation actuelle. Nous devons donc installer un ensemble de capteurs pour pouvoir capturer ces données, comme la qualité de l'air, la température, etc.  

Avec l'installation des capteurs dans tout le campus, nous devons définir la procédure à suivre en fonction des données collectées. A savoir, quelles conditions doivent déclencher une alarme environnementale et que faire lorsque cette alarme apparaît.  

3. Renforcement des mesures d'hygiène

Un autre élément clé de cette "nouvelle normalité" sera le renforcement des processus et des mesures qui contribuent à maintenir le campus propre. Le principe de base consistant à maintenir les zones propres pour assurer le confort et la satisfaction des occupants a été fortement renforcé cette année en raison de la nécessité de limiter le risque de propagation du virus. Le renforcement d'activités telles que :

  • Désinfection régulière des espaces communs. Pour ce point, il est très important de disposer de données fiables sur l'utilisation de chaque espace. Ces données peuvent être intégrées aux informations de réservation des espaces communs, comme les salles d'étude ou les laboratoires, ce qui permet d'envoyer des alertes automatiques à l'équipe de nettoyage lorsque les espaces sont libres.
  • Contrôle des distributeurs de désinfectant pour les mains et des poubelles et conteneurs. Installer des capteurs de distance sur ces appareils afin que les équipes de nettoyage reçoivent une alerte lorsque les distributeurs sont sur le point d'être vides et les poubelles sur le point d'être pleines.
  • Contrôle de l'utilisation et de l'occupation des toilettes. D'une part, compter le nombre de personnes présentes à l'intérieur à chaque instant, en cherchant à déclencher des alertes (un panneau lumineux sur un lieu bien visible) dès que la capacité maximale est dépassée. Et d'autre part, optimiser le nettoyage des toilettes, par exemple, en déclenchant une alerte après un certain nombre de personnes qui les ont utilisées.

4. Mise en œuvre de nouveaux services pour faciliter l'adoption et la conformité

Avec l'aide de la technologie, nous pouvons offrir nos services aux étudiants et aux membres du corps enseignant afin de mieux organiser le flux de personnes ainsi que l'utilisation des espaces et des équipements sur le campus. L'objectif est d'éviter les files d'attente et les foules de personnes à la recherche des mêmes services.

À l'aide d'une application mobile (de "campus intelligent"), nous pouvons faciliter à la fois la réservation des services du campus (tels que les terrains de sport, les laboratoires, les zones de travail, les équipements, les places de stationnement pour les vélos et les véhicules, etc.) et l'accès aux services précédemment réservés, en utilisant la même application sur notre smartphone. Par exemple, pour ouvrir la porte d'un terrain de sport ou déverrouiller le parking à vélos réservé.

Prévision

Dans chaque cas décrit jusqu'à présent, nous avons souligné l'importance de mesurer ce qui se passe sur le campus, de déclencher des alertes et d'agir en conséquence. En outre, ce qui ajoutera une véritable valeur à notre "campus intelligent" ne sera pas seulement de signaler ce qui s'est passé ou ce qui se passe, mais de pouvoir prédire ce qui va se passer afin de prendre les mesures préventives appropriées. Autrement dit, il s'agira d'utiliser ces données pour identifier des modèles de comportement à l'aide d'algorithmes d'apprentissage automatique. 

Ces modèles de comportement sont liés à la fois aux utilisateurs et aux biens afin de pouvoir prédire dans quelles zones, à quels moments ou dans quelles conditions il y aura : un risque plus élevé de dépasser la capacité, d'avoir l'air plus pollué, d'avoir la pire température, quand le savon sera terminé, ou quand nous attendons plus de monde dans les toilettes ou tout autre espace du campus.

Ces prévisions seront essentielles pour offrir de meilleurs services et une meilleure expérience à tous les utilisateurs du campus, pour mieux répartir les activités dans toutes les zones du campus et pour optimiser les tâches des équipes de nettoyage et d'entretien.

Carlos Alvarez

Responsable de l'offre Smart Spaces

Dans cet article :

Articles connexes

Parlez avec l'un de nos experts

Si vous envisagez de créer une nouvelle expérience digitale, quelle que soit l'étape à laquelle vous vous trouvez, nous serions ravis d'échanger avec vous.